Parti

de Marie-Noëlle Gelot-André

(chronique littéraire écrite le 28 mars 2019)

Résumé :

Il suffit de pas grand chose pour se sentir incompris et découragé au point d’avoir envie de tout quitter, lorsqu’on est adolescent : une dispute, un malentendu, des brimades… C’est ce qui arrive à Maxime, suite à une bagarre au collège. Il décide de partir rejoindre une amie rencontrée sur Internet. Son périple va le conduire de la ville d’Arbois dans son Jura natal, jusqu’à Denain dans le Nord, avant de se terminer dans la capitale.

Chronique :

Maxime, 13 ans et élève au collège, est un adolescent solitaire et mal dans sa peau. Embêté par certains élèves et incompris par les enseignants et ses parents, il a trouvé une amie de son âge sur le tchat d’un jeu en ligne. Il prend un jour la décision de la rejoindre et tous deux décident de partir, persuadés que leurs parents respectifs seront bien plus tranquilles sans eux.

Parti, c’est l’histoire de deux adolescents mal dans leurs baskets, comme beaucoup, qui se rencontrent sur Internet et échafaudent un plan pour partir ensemble. D’un côté, Maxime, 13 ans, est victime de brimades depuis l’école primaire parce qu’il est différent physiquement, incompris par les adultes qui ne veulent pas voir ni l’écouter, ou ne le croient pas et ne le prennent pas au sérieux. De l’autre, Ilona, adolescente de 13 ans aussi, rencontrée sur Internet et qui devient amie avec Maxime de par leurs points communs. Mal dans sa peau, elle se sent invisible, ne croit plus en les adultes qui l’entourent, se sent de trop et ne trouve plus sa place dans sa famille depuis le décès d’un petit frère.

Parti est le reflet de notre société d’adultes qui ne voient pas ou refusent de voir ce que leurs enfants/adolescents vivent dans leur quotidien et ressentent durant cette difficile période charnière qu’est l’adolescence. C’est également un miroir dans lequel ces deux jeunes se regardent mais ne se retrouvent pas et se voient comme étant les maillons faibles de la société qui les entoure. Entre le collège qui devient un fardeau pour Maxime avec trois élèves qui le provoquent et l’ont pris en grippe et des parents absents, qui ont « décroché », ou pris dans leurs obligations quotidiennes pour Ilona, ces deux adolescents vont aller chercher une échappatoire dans un voyage sans retour, pour, pensent-ils, que leurs parents soient enfin tranquilles sans eux.

L’auteure nous prend par le coeur et la main dès le début et nous entraîne à la suite de Maxime et Ilona pour partager avec nous les émotions des adolescents. Elle nous pousse à réfléchir et à nous mettre à la place des jeunes mais aussi de leurs parents qui vont unir leur détresse et retrouver leur rôle de responsables et protecteurs. Elle incite le lecteur à se poser les bonnes questions sur le harcèlement scolaire, le mal-être des adolescents, l’indifférence ou l’absence physique ou morale des adultes en général et surtout des parents. Elle nous pousse aussi à nous poser la question, terrible, de notre comportement face à une telle situation. Que ferions-nous si notre enfant était harcelé, ou se sentait « invisible » et décidait de tout laisser tomber y compris nous ?

Ce livre est une quête de la reconnaissance de l’autre, avec ses différences, de ses idées, ses pensées les plus profondes, ses émotions, ses ressentis et aussi de l’adolescence et de ses tourments. Il est aussi malgré tout porteur d’espoir dans l’idée que toute histoire, si difficile qu’elle puisse être, a finalement la possibilité d’obtenir une fin heureuse. Maxime, Ilona et leurs parents finiront eux aussi par le comprendre.

Mon avis ? 5 étoiles. Ce roman peut être lu par les adultes et les adolescents, pour se comprendre un peu mieux et réfléchir.

Il est disponible sur Amazon.

Auteurs en herbe